samedi 29 août 2015

Rosetta - Grosse activité sur la comète Chury - Video France Culture 8.15

Salut passagers !
Accompagnée de la sonde européenne Rosetta, la comète Tchouri a atteint le 13 Août 2015 son périhélie, le point sur son orbite qui est le plus proche du Soleil. C'est une nouvelle étape dans la recherche des origines de la vie sur Terre. En effet depuis le 19 Août 2015 on a constaté qu´une grosse activité a lieu au sein de la comète en observant sa course autour de notre étoile , c´est l´histoire que raconte France Culture dans cette vidéo.
Grosse activité sur la comète Chury
Par Philippe Henarejos, le 28 août 2015.
On dirait le noyau de la comète Tempel 1, juste au moment où il a été percuté par le projectile de la sonde Deep Impact (en 2005). 
Mais il s'agit bien du noyau de la comète Churyumov-Gerasimenko, tel que la caméra de navigation de la sonde Rosetta l'a photographié le 22 août dernier depuis une distance de 336 km. 
Seulement 9 jours après qu'il soit passé au plus proche du Soleil, le corps céleste riche en glace a connu un soudain regain d'activité. Ce cliché spectaculaire laisse même penser qu'une collision a eu lieu, libérant brusquement quantités de vapeur d'eau et de poussière. 
En fait, il s'agit seulement d'un sursaut passager dans le dégazage, mais plus important que celui observé le 29 juillet par la même sonde Rosetta. Cette fois, il semble que le siège de l'éjection de matière soit situé entre les régions d'Imhotep et de Khepry, à la base du lobe principal.

La comète Churyumov-Gerasimenko, le 22 août 2015. Crédit : ESA/Rosetta/NAVCAM

mardi 25 août 2015

DAWN - Le « volcan » de Cérès de plus en plus mystérieux - Video NASA Jet Propulsion Laboratory 6.15

Salut passagers !
Avec ces images mises en ligne sur YouTube le 8 juin 2015 par NASA JPL je présente cet article de Philippe Henarejos, publié le 25 août 2015 qui explique le mystère qui entoure un des volcans observé sur l´astéroïde Ceres. NB : Ce petit astre est exploré depuis le mois de Mars par la sonde DAWN un engin de reconaissance envoyée par la NASA en 2007. 
  • Voir toutes les vidéos de la NASA Jet Propulsion Laboratory sur »»» Canal Youtube 
Le « volcan » de Cérès de plus en plus mystérieux
Une nouvelle image de la montagne isolée découverte sur la planète naine Cérès a été prise par la sonde Dawn le 19 août 2015. Diffusée ce 25 août par la Nasa, elle a été obtenue depuis une distance de 1470 km. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que malgré un niveau de détail nettement supérieur aux précédente (la résolution est de 140 m par pixel), cette photo ne résout en rien le mystère de ce « mont Fuji » de 6000 m de haut... 
Sur cette vue quasi-verticale, ne voit en effet qu'il n'y a guère de bouche volcanique sur le sommet de cet édifice pourtant de forme conique. Difficile de dire donc s'il s'agit d'un volcan. Plus curieux, les lignes brillantes qui courent sur ses pentes et qui font penser à traces d'éboulements semblent n'aboutir à aucune accumulation de roches au pied de la montagne. Comme si celle-ci avait été partiellement enfouie de manière tardive par les terrains environnants. Or, la montagne de compte que quelques minuscules cratères d'impact météoritique, ce qui laisse penser qu'elle est plus jeune que la surface cratérisée avoisinante... 
Autant de questions sans réponse pour l'instant quant à la nature et à l'origine de cette curiosité géologique.

La montagne de 6000 m de haut découverte sur Cérès vue le 19 août 2015 par la sonde Dawn. Crédit : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA

mardi 18 août 2015

Début du développement d'Ariane 6 et de Vega-C - Video CNES 3.15


Salut passagers !
La réunion des ministres en charge de l'espace des pays membres de l'ESA a permis de lancer le développement d'une nouvelle fusée Ariane 6, fin 2014. 
Le point avec 2 ingénieurs du CNES : Christophe Talbot et Carine Leveau. Crédits : CNES au mois de mars 2015 et les dernières avancées du chantier en ce mois d´août.
Début du développement d'Ariane 6 et de Vega-C
L'ESA a signé le 12 août 2015 les contrats portant sur le développement du lanceur de nouvelle génération Ariane 6, de sa base de lancement, et de Vega-C (évolution du petit lanceur Vega de l'ESA). 
Ces contrats, qui ont été signés au Siège de l'ESA à Paris avec Airbus Safran Launchers (ASL), le CNES (l'agence spatiale française) et ELV, couvrent l'ensemble des travaux de développement d'Ariane 6 et de sa base de lancement, dans la perspective d'un vol inaugural en 2020, ainsi que ceux de Vega-C, en vue d'un premier lancement en 2018. 
"Ces contrats vont permettre de mettre au point toute une famille de lanceurs européens hautement compétitive sur le marché mondial, et de garantir aux États membres de l'ESA un accès autonome à l'espace, à des prix très concurrentiels", a déclaré Jan Woerner, Directeur général de l'ESA. 
"Ils représentent un changement majeur dans la gouvernance du secteur européen des lanceurs, l'industrie étant désormais l'autorité de conception, assumant l'entière responsabilité du développement et de l'exploitation des lanceurs, et s'engageant à les livrer à l'ESA et aux acteurs institutionnels européens à des prix compétitifs définis". 
L'ESA supervise l'approvisionnement et l'architecture des systèmes de lancement dans leur ensemble, tandis que l'industrie développe les lanceurs, le maître d'oeuvre et l'autorité de conception étant ASL pour Ariane 6 et ELV pour Vega-C. 
ASL et ELV travaillent en étroite coopération sur le moteur à propergol solide P120C qui constituera le premier étage de Vega-C et les propulseurs d'appoint d'Ariane 6. L'approche modulaire adoptée pour Ariane permettra de proposer deux ou quatre propulseurs d'appoint (Ariane 62 ou Ariane 64), en fonction des performances demandées. 
L'emplacement du pas de tir d'Ariane 6 au port spatial de l'Europe à Kourou, en Guyane française, a été choisi et le CNES, en tant que maître d'oeuvre, a déjà entamé les travaux d'excavation. Le nouvel ensemble de lancement comportera également des installations de préparation du lanceur.
Les trois contrats font suite à la décision prise par le Conseil de l'ESA siégeant au niveau ministériel à Luxembourg en décembre 2014, afin que l'Europe conserve sa position de premier plan sur le marché commercial en rapide évolution, tout en répondant aux besoins des missions institutionnelles européennes. 
"Grâce à la signature de ces contrats, nous allons construire une nouvelle famille de lanceurs présentant des modules communs, conformément aux décisions prises et au calendrier fixé lors de la session ministérielle de 2014", explique Gaele Winters, Directeur des Lanceurs à l'ESA. 
Ces contrats ont été signés par Gaele Winters, Directeur des Lanceurs à l'ESA, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, Alain Charmeau, Président d'ASL et Pierluigi Pirrelli, Directeur général d'ELV. 
Les montants des contrats sont les suivants: 2 400 M€ pour Ariane 6 (ASL), 600 M€ pour l'ensemble de lancement (CNES) et 395 M€ pour Vega-C (ELV).
Airbus Safran Launchers développera le lanceur Vega-C (à gauche) et Ariane 6

lundi 17 août 2015

Vie et mort d´une étoile observée à l´Université de Nice - Video GayöAwWw 6.14

Salut passagers !
La série « L'Univers et ses Mystères » est une série documentaire d'une très grande qualité sur l'univers et l'astronomie. Depuis que l'homme s'est aventuré dans l'espace pour la première fois il y a plus de cinquante ans, la découverte spatiale n'a cessé de progresser sans arrêt grâce aux prodigieuses évolutions scientifiques et technologiques dans le domaine de l'astronomie. 
C'est pourquoi vous allez découvrir à chacun des épisodes un documentaire passionnant, et vous partirez dans un voyage unique au cœur de notre univers ! Basé sur des animations en 3D stupéfiantes, des photos cosmiques et des interviews d'experts réputés, cette série est un moyen ludique et accessible de plonger au coeur de sujets aussi captivants que la naissance du Soleil, le Big Bang ou encore les autres formes de vie dans l'univers.. 
L'évolution complète d'une étoile, de sa naissance à sa mort, toujours spectaculaire qui finit parfois en supernova, la plus grande explosion de l'univers, puis en trou noir, étoile à neutron ou simple naine blanche. Il existe plusieurs formes d'étoiles, de différentes tailles. Le soleil est donc une étoile parmi tant d'autres. 
L'étoile la plus proche du soleil ne nomme Proxima du Centaure. Mais il existe des trillions d'étoiles dans notre galaxie. Difficile véritablement de toute les observer. Les scientifiques cherchent principalement à étudier les supernovae, soit l'explosion d'une étoile dans l'univers. 
Cette explosion dégage une énergie immense pour ne pas dire colossale, qui bouleverse le système solaire environnant. La supernovae dégage alors de la matière, entre autres du carbone et du fer, les éléments nécessaires à la vie qui vont être dispersés en très grande quantité à travers tout l'univers... les scientifiques sont loin d'avoir encore percé tous les mystères qui entourent la vie et la mort d'une étoile...
  • Suivre les autres épisodes sur le canal Youtube »»» GayöAwWw  
Observation de la mort de l´etoile IRAS 15103-5754 à l´Université de Nice. 
La mort d´une étoile semblable au soleil aboutit à la formation d´une naine blanche, voici comment une équipe internationale de chercheurs de l´université de Nice ont décrit le phénomène dans la revue ''The astrophysical journal'' du 10 juin 2015. 
Les étoiles avec des masses similaires à celle du Soleil finissent leur vie en forme de nébuleuse planétaire: elles expulsent les parties externes de leur enveloppe et leur noyau réchauffe ce matériel expulsé qui luit en montrant des formes magnifiques. 
La naissance d'une nébuleuse planétaire se pensait lente en comparaison avec les explosions intenses des étoiles massives qui forment les supernovae, mais l'étude récemment publiée montre la transformation en direct de l'étoile IRAS 15103-5754 en nébuleuse planétaire.
Cette étoile fait partie d'un groupe de 16 objets connus sous le nom de "water fountains". Ce sont des étoiles évoluées qui montrent des éjections de matière que l'on détecte grâce à une radiation très intense produite par la vapeur d'eau qui se trouve dans leur enveloppe (émission de masers d'eau). 
Alors que les étoiles de ce groupe ne sont pas encore des nébuleuses planétaires, l'une d'entre elles - IRAS 15103-5754 - est en train de changer de phase et commence son chemin vers la mort stellaire...

vendredi 7 août 2015

Océans : réservoir de biodiversité - Video CNRS 8.15

Salut passagers !
Présentant aujourd´hui une réalisation d´Hervé Colombani et Jean-Jacques Guérard - Production : CNRS Images.
Thème de la vidéo :
La surface de la terre est recouverte environ à 70,8% par les océans. Ce formidable réservoir de biodiversité abrite des millions d'espèces. Trois chercheurs, Gilles Le Boeuf, Nadine Le Bris et Nathalie Niquil nous exposent les impacts du dérèglement climatique sur l'environnement marin...
Procédé audiovisuel : 
Prises de vues réelles. Utilisation de dessins et d'images d'animation. Intervention en son direct. Musique originale (Gérard Cohen Tannugi). 
Discipline : Ecologie 
Mot clé : Océan ; Biodiversité ; Climat ; Ecosystème ; Evolution des espèces ; Cycle de la vie ; Microorganisme ; Chaîne alimentaire.
Personnalités : 
Intervenant : LE BRIS Nadine (LECOB, UMR CNRS, Univ. Pierre et Marie Curie, Banyuls-sur-mer) ; BOEUF Gilles (BIOM, UMR CNRS, Univ. Pierre et Marie Curie, Banyuls-sur-mer) ; NIQUIL Nathalie (BOREA, CNRS, MNHN, IRD, UPMC, Univ. Caen Basse-Normandie et Univ. Antilles Guyane) 
Notes : 
LECOB : Laboratoire d'écogéochimie des environnements benthique BIOM : Biologie intégration des organismes marins BOREA : Biologie des organismes et écosystèmes aquatiques 
Date création : 4 juin 2015 

Les plus lus sur web 2.0

Google+ Followers